Ultrarésistance

30 mai, 2007

APPEL CONTRE LA FRANCHISE SARKOZY

Classé sous Non classé — maresistance @ 22:53

« FRANCHISE » SUR LES SOINS : L’ASSURANCE MALADIE SOLIDAIRE EN DANGER
En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est à dire les pénaliser financièrement pour « qu’ils consomment moins », ou, au minimum, pour que « la Sécu rembourse de moins en moins ».

Déremboursements incohérents, augmentation du « ticket modérateur » sur des soins courants, généralisation des dépassements tarifaires pour les médecins spécialistes, invention du forfait de 1€ par acte de soins ou de biologie, du forfait de 18 euros sur les actes supérieurs à 91€, l’actuelle majorité a multiplié les atteintes à la prise en charge solidaire des soins. Mais si elle a augmenté le reste à la charge des patients, le déficit de l’assurance maladie n’en a pas été comblé pour autant.

Aujourd’hui Nicolas Sarkozy va plus loin, beaucoup plus loin, en annonçant que s’il est élu il mettra en place une « FRANCHISE » c’est-à-dire un seuil annuel de dépenses en dessous duquel l’assurance maladie ne remboursera rien. Rien du tout. Franchise qui, pour mieux jouer son rôle de dissuasion de la consommation, ne sera pas remboursable par les assurances complémentaires, au moins dans un premier temps.

Nous, professionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social, universitaires, représentants des usagers et/ou usagers du système de santé dénonçons les RISQUES MAJEURS D’UNE TELLE FRANCHISE :

Franchise = Régression sociale : Dans son principe même une franchise d’un montant identique pour tous « pèsera » différemment selon les revenus. C’est la fin d’un système d’assurance maladie solidaire dans lequel chacun cotise selon son revenu et qui protège, équitablement, les individus en bonne santé et les malades. On quitte la logique de la solidarité pour celle de l’assurance privée.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins des plus modestes :D ans une France où vivent plus de 3 millions de chômeurs et 7 millions de « travailleurs pauvres », 100 € de soins de santé non remboursés ce n’est pas rien… Et ce sont eux qui seront les premières victimes de la franchise si jamais elle voit le jour. La franchise, c’est la remise en cause de ce progrès social et sanitaire évident qu’avait été la création de la CMU.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins primaires et la santé publique : Pour les « gros consommateurs », c’est-à-dire les patients atteints de maladies lourdes, il n’y aura pas le choix : il faudra payer. Mais au-dessus du montant de la franchise, ce sera sinon gratuit du moins «comme avant ».
La cible de cette mesure ce sont surtout les petits ou moyens consommateurs qu’il faut dissuader de se faire soigner pour des maladies apparemment moins sévères (celles qui, non soignées, peuvent justement s’aggraver) et bien évidemment pour les actes de prévention que l’on croit toujours pouvoir « reporter » à plus tard. L’inverse d’une politique cohérente de santé publique.

Franchise = Remise en cause du « tiers payant » : Les professionnels de santé ne pouvant savoir si le montant de la franchise a, ou non, déjà été acquitté, les patients devront systématiquement faire intégralement « l’avance de frais ». Ce qui constituerait un obstacle supplémentaire à l’accès aux soins des plus modestes.

Franchise = Porte ouverte à l’escalade : Nicolas Sarkozy ne s’en est pas caché, cette franchise sera « modulable » c’est-à-direque « si les dépenses augmentent et si le déficit augmente on pourrait augmenter le montant », et comme les dépenses augmenteront, inéluctablement, la franchise augmentera, non moins inéluctablement, et avec elle augmentera la gravité de ses effets pervers.

Nous refusons l’instauration d’une telle « FRANCHISE», socialement injuste, économiquement inefficace et dangereuse pour la santé publique.
Rejoignez-nous afin d’exiger des candidats à la présidentielle une clarification de leur position face à cette menace inacceptable sur l’accès aux soins en France.

Pour signer : http://www.appelcontrelafranchise.org

Néli 8 ans, veut retourner à l’école

Classé sous Solidarité — maresistance @ 22:42

Néli, 8 ans vient de passer sa première nuit au centre de rétention de Marseille. LA première nuit d’une enfant dans cette prison, comme elle l’appelle.

A l’initiative du Réseau Education Sans Frontières une quarantaine de personnes se sont rassemblées ce mercredi 30 mai devant le centre de rétention dès son ouverture afin de rendre visite à la famille AL KHALILI .

Arrivée la veille depuis Toulouse, cette famille avait été raflée à 6h du matin dans sa chambre d’hôtel, bien qu’ayant introduit un recours contre un arrêté d’expulsion. Seul leur fils de 18 ans, sorti, y a échappé. Mais que va-t-il faire seul ?

D’origine arménienne, née à Bakou en Azerbaïdjan, Mme Al Khalili n’est reconnue par aucun de ces deux pays. Seront-ils expulsés vers la Russie dont M. Al Khalili a la nationalité alors qu’ils vivent depuis 5 ans en France ?

Le RESF de Toulouse connaît bien cette famille et c’est probablement pour casser une éventuelle mobilisation locale que celle-ci a été acheminée à Marseille.

Mais ici non plus, nous ne laisserons pas faire ça en notre nom. Nous ne laisserons pas briser l’avenir de Néli, dont les droits fondamentaux (et notamment celui d’aller à l’école) sont garantis par les chartes, traités et autres conventions internationales.

A l’occasion du passage de la famille devant le Juge des Libertés et de la Détention qui doit statuer sur le sort de la famille,
>
> le RESF appelle à un rassemblement
>
> JEUDI 31 MAI à 10H
>
> devant le centre de rétention
>
(26 Bd des Peintures 13014, M° Bougainville)

>

Contact sur ce dossier :

Marseille : Armelle 06 28 63 29 21 / Bernadette 06 87 42 39 27

Toulouse : Yamina VIERGE 06 22 56 60 74 / Jean François MIGNARD 06 13 82 55 51

23 mai, 2007

Sarkozy, président des vieux paysans

Classé sous coup de colere — maresistance @ 17:24

Je me suis amusé à travailler sur les résultats des élections présidentielles par catégories d’âge. Il en ressort, que Sarko a 3 millions de voix de plus que Ségolène chez les plus de 60 ans pour, à l’arriver, tous âges confondus, ne conserver qu’une avance de 2 millions de voix. Ce sont donc bien les plus âgés qui ont mené Sarko au pouvoir.

Sarko n’est pas le président de la France des salariés et de ceux qui voudraient bien l’être , de la France qui se lève tôt le matin pour gagner une misère le plus souvent, de la France d’en bas, comme disait quelqu’un. C’est le Président des patrons, des artisans, des professions libérales, des paysans… et des retraités. De ceux qui ont eu la chance de bénéficier de la retraite à 60 ans, de la solidarité intergénérationnelle, et qui préparent pour leurs petits enfants une France de « non droits », une France d’égoïste, une France de l’argent roi, une France contre toute solidarité.

Heureusement que les jeunes ont un peu plus de réflexion. Ils ont reje té Sarko à 58 %. 

Alors oui, les luttes sociales sont légitimes.  Jeunes et Salariés de tous poils , Sarko n’est pas notre Président, nous ne l’avons pas élu. Faisons lui savoir, dans les grèves à venir, dans les manifs à venir. Partout où nous en aurons l’occasion.

21 mai, 2007

Marché de dupe ou bal des menteurs ?

Classé sous coup de colere — maresistance @ 21:58

Martin Hirsch, nouveau « haut-commissaire aux solidarités actives » dans le gouvernement Sarkozy, pardon Fillon, déclare dans « Le Monde » daté des 20 et 21 mai, être « moins impliqué que les autres membres du gouvernement  dans les choix politiques qui seront effectués en dehors de mon champ d’attribution. Je reste dans l’engagement non partisan qui était le mien jusqu’à présent ».

Dans le même numéro du Monde, Bernard Kouchner explique pourquoi il a accepté. Il précise : « En me faisant l’honneur de me proposer de diriger la diplomatie de la France, le président de la République n’a pas imaginé que je devienne  sarkozyste » et encore « J’ai été et je demeure un homme libre, militant d’une gauche ouverte, audacieuse, moderne, en un mot social-démocrate. En acceptant aujourd’hui de travailler avec des gens qui sur bien des sujets ne pensent pas comme moi, je ne renie pas mes engagements socialistes ».

Pourtant vendredi soir, sur TF1, Fillon, avait affirmé : « Le rôle du chef du gouvernement et le rôle des ministres, c’est de mettre en oeuvre le projet politique de Nicolas Sarkozy ».

Alors, qui a raison ? La réponse n’est pas très compliquée : pourquoi un Président élu largement, qui se prépare à remporter une large victoire aux législatives se contraindrait-il à ne pas appliquer la politique pour laquelle il a été élu ? Politique qui n’est ni socialiste, ni sociale-démocrate, ni de gauche mais qui se réclame bien d’une droite décomplexée, c’est à dire fière de ses idées.

Comme l’affirme Martin Hirsch, ces hommes qui se réclament de la gauche et participent à un gouvernement de droite, ne sont pas dupes. Ils trahissent simplement leur camp pour des ambitions personnelles comme Bernard Kouchner  ou en raison d’un curieuse analyse politique qui laisse croire qu’une politique ultra-libérale peut déboucher sur une prise en compte des plus pauvres et apporter des réponses en terme de solidarité… comme cela semble être le cas de Martin Hirsch. Ce dernier risque de déchanter très vite !

16 mai, 2007

Campagne RESF : Soutien aux familles de sans-papiers du 13 au 30 juin.

Classé sous Solidarité — maresistance @ 13:02

Le Réseau éducation sans frontière (RESF) a annoncé mardi qu’il mènerait
une campagne « d’apparitions publiques » du 13 juin, date anniversaire de
la circulaire Sarkozy sur les sans-papiers, au 30 juin, par crainte
d’une reprise des expulsions avec la fin de l’année scolaire. « On
redoute à l’approche de l’été que les expulsions se multiplient avec la
fin de l’année scolaire pour les enfants, les jeunes majeurs et leurs
familles », a expliqué à l’AFP Richard Moyon, membre de RESF, soulignant
qu’on serait « également entre les deux tours, en fin de période
électorale ». Du 13 au 30 juin, les militants entendent « dire haut et
fort dans la France entière, par un ensemble d’apparitions publiques »
(rassemblements, pétitions, actions artistiques, etc.) qu’ils veulent
« un été serein pour tous leurs voisins et amis ».  « Nous
sommes contents de constater que depuis une semaine, de nouvelles
personnes nous rejoignent », a ironisé RESF Il s’agit de « montrer qu’on existe toujours, malgré l’élection de
Nicolas Sarkozy, et que les expulsions des familles et des jeunes ne
seront pas plus admises quand il est président de la République que
quand il était ministre de l’Intérieur », a commenté Richard Moyon.

D’après AFP.

15 mai, 2007

ETATS GENERAUX DES CHIFFRES DU CHOMAGE ET DE LA PRECARITE

Classé sous Evenements — maresistance @ 18:41

Mardi 24 mai, de 13h30 à 18h00, à l’ASIEM, 6 rue Albert Lapparent 75007 PARIS

A l’appel des syndicats du Ministère de l’Emploi, de l’INSEE, du CEE,

à l’appel d’AC!, du réseau Stop à la précarité, du Réseau d’alerte sur les inégalités et d’ACDC.

Inscriptions : chiffresduchomage@gmail.com

La controverse sur les chiffres du chômage a marqué la campagne électorale présidentielle. Elle a permis de dénoncer les dérives du traitement statistique du chômage, qui a atteint ces dernières années des sommets inégalés. Les proclamations triomphantes du gouvernement sur le recul du chômage ont perdu leur crédibilité. Mais la controverse n’a pas eu que des effets positifs. On a beaucoup parlé des chiffres du chômage, mais peu des politiques à mener contre le chômage. La controverse a encore renforcé la focalisation médiatique sur « le chiffre » fétichisé du chômage au détriment de la prise en compte des diverses dimensions de l’insécurité sur le marché du travail. Les errements des directions de l’Insee et de la Dares ont gravement affaibli l’indépendance et la crédibilité du système statistique public.

Cependant la communauté des statisticiens a su se mobiliser pour défendre sa déontologie professionnelle,comme l’ont montré le débat du 8 mars au CNIS et les prises de positions des personnels et des syndicats de l’Insee et de la Dares. Les syndicats de l’ANPE ont dénoncé les orientations de la direction de l’Agence. Les associations de chômeurs et de précaires ont fait entendre leur voix sur ces thèmes, notamment par leur participation au collectif ACDC. L’évidence commence à s’imposer qu’il faut de nouvelles pratiques, voire de nouvelles règles juridiques garantissant l’autonomie du système statistique public, et surtout une réforme profonde des indicateurs du marché du travail.

Pour que cette crise débouche sur des avancées concrètes, nous proposons des « Etats généraux des chiffres du chômage et de la précarité ». Statisticiens, syndicalistes, militants associatifs, utilisateurs des statistiques, ont des demandes et des propositions pour reconstruire un système cohérent d’indicateurs du chômage, mais aussi de la précarité de l’emploi, du travail et du revenu. C’est la condition pour restaurer la crédibilité du système statistique public, permettre un réel débat démocratique et mener des politiques efficaces et justes. Il importe aujourd’hui de mettre en commun ces propositions, de les soumettre au débat et d’interpeller les futurs responsables publics sur leur mise en oeuvre rapide.

Censure

Classé sous coup de colere — maresistance @ 10:06

Suite à l’affaire « Cecilia qui n’a pas voté », les journalistes du JDD ont publié un communiqué de protestation contre la censure.

 « Après Paris Match, le Journal du Dimanche !

Les journalistes d’Hachette – Lagardère sont une nouvelle fois témoins révoltés et victimes d’une atteinte à la liberté d’expression. Après Paris-Match, qui a été supervisé par le candidat de l’UMP pendant toute la campagne présidentielle, jusque dans les choix de couverture, c’est au tour du Journal du Dimanche de se voir censuré par la direction du groupe Lagardère pour plaire au nouveau président élu, à moins que ce ne soit sur son ordre.

Dimanche 13 mai, le JDD est sorti sans un article consacré au fait que Cécilia Sarkozy n’avait pas voté dimanche 6 mai, après enquête auprès de la Préfecture des Hauts de Seine. L’article a été supprimé samedi soir par le directeur de la rédaction, Jacques Espérandieu, sur ordre d’Arnaud Lagardère, expliquant qu’il s’agissait, tout à coup, d’un article sur la vie privée du couple présidentiel…

Les listes d’émargement étant publiques, le vote est un acte civique et on privé, le sujet n’est donc ni d’ordre privé ni une affaire d’Etat. les journalistes du SNJ-CGT et de l’USJ-CFDT dénoncent avec vigueur cette nouvelle ingérence de la direction du groupe Lagardère dans la ligne éditoriale des titres Hachette-Lagardère. Une censure en totale contradiction avec l’engagement pris par le nouveau patron des rédactions de HFA, Christian de Villeneuve, auprès des sociétés de journalistes à son arrivée, en décembre 2006. En contradiction aussi avec l’engagement d’Arnaud Lagardère lui-même auprès des délégués syndicaux du groupe à la même époque.

Nous ne cesserons de dénoncer et de combattre de telles pratiques.

Nous appelons les journalistes du groupe Lagardère à dénoncer, eux aussi, de telles ingérences et surtout à les refuser, dans l’esprit déontologique de notre convention collective ».

C’est signé par le SNJ CGT, USJ CFDT.

10 mai, 2007

REFUTATIONS

Classé sous Non classé — maresistance @ 8:25

Dans un film intitulé « Réfutations », 16 chercheurs et militants souhaitent démonter le projet du nouveau Président de la République. Réalisé par Thomas Lacoste, animateur de L’Autre Campagne, ce document peut être visionné sur le site www.lautrecampagne.org  Il s’agit, selon l’auteur, de « décrire sans haine la réalité d’une droite décomplexée ». L’économiste Thomas Picketty, la secrétaire générale du syndicat de la magistrature, Hélène Franco, Louis Georges Tin, porte parole du CRAN, etc… soulignent les dangers « du bushisme à la française », d’une justice « bras armé de la police », et d’une vision « néocolonialiste » de la société.

3 mai, 2007

Solidarité avec François AUGUSTE

Classé sous Solidarité — maresistance @ 18:42

Le 2 décembre 2006, François AUGUSTE, vice-président de la Région Rhône-Alpes, embarque en compagnie de son directeur d’administration pour une mission du Conseil régional. Informé par les militants de RESF que la famille Raba pouvait être embarquée à bord dans le cadre d’une expulsion du territoire, F. AUGUSTE demande au pilote de ne pas faire décoller l’avion. Ce dernier refuse. F. AUGUSTE s’adresse aux passagers pour les prendre à témoin de l’injustice. Il est alors ceinturé par trois policiers, puis hors de la carlingue, mis brutalement à terre alors qu’il faisait valoir son statut d’élu.

Emmené dans un fourgon de police, il est ensuite placé en garde à vue pendant cinq heures. La mobilisation militante prend le relais et il est libéré.

Finalement la famille Raba sera expulsée quelques jours après.

François AUGUSTE souffre d’une fracture d’une côte. Il est maintenant convoqué devant la justice car son action solidaire est considérée comme un délit. Il risque 5 ans de prison et 18000 euros d’amende.

Une pétition en ligne exige l’arrêt immédiat des poursuites et s’élève contre les mesures prises contre les citoyens qui osent s’opposer à l’arbitraire.

A signer sur le site de RESF : http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article5258

Déjà plus de 2000 signatures récoltées dont syndicats et associations des droits de l’homme, Jean Jacques Queyranne, Marie-George Buffet, André Gerin, Mgr Gaillot, le recteur Morvan, etc…

Un bien mauvais voyage

Classé sous Solidarité — maresistance @ 18:29

Les marins de Marseille ont bloqué mardi 1 mai l’expulsion d’un père de famille algérien, M. Ahmed Kessaci, habitant de Marseille, en empéchant le bateau de partir.

La Préfecture des Bouches du Rhône a décidé hier de surseoir à l’expulsion.

 Commentaire de Jean Paul Israël, le responsablecGT des marins Marseillais : « Les marins nt refusé de lui faire faire ce mauvais voyage ».

Un exemple de la Résistance au quotidien contre l’injustice et l’arbitraire. Un exemple de solidarité ouvrière.

La vie elle belle |
RETOUR CARTOUCHES VIDES |
oser |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tu l'as dit, Souris!
| Pensées Libres...
| Le blog de la procrastinati...